www.athle.fr
Accueil
Actualités
Revue de presse de la semaine N° 8
24 Février 2006 - Gersende HAYOZ (Services Administratifs)
Revue de presse de la semaine N° 8

Revue de presse de la semaine N°8:

Cette revue est faite à partir de journaux dont les rubriques sont en lignes

Vendredi 24 février

Marche: Campion étrenne son maillot tricolore

Kevin Campion portera pour la première fois ce week-end, le maillot tricolore lors d'un match international junior entre l'Italie, l'Allemagne et la France. A l'occasion de cette rencontre internationale programmée à Ancôme (Italie), le Feyzinois pourra se frotter aux redoutables marcheurs Italiens.
« Autant les Allemands sont a priori d'un niveau inférieur, autant les Italiens sont supérieurs actuellement. Je vais essayer de m'accrocher le plus longtemps possible derrière eux et pourquoi pas faire un podium et par la même occasion améliorer encore mon temps sur 5000m », expliquait le week-end dernier Kévin après avoir décroché le titre de champion de France Junior en 21'42'06, améliorant ainsi de 20 secondes le record du Rhône qu'il détenait déjà.

Objectif Pékin
Après cette première sélection tricolore, Kévin se remettra directement au travail avec en ligne de mire une qualification pour les championnats du monde Junior à Pékin du 15 au 20 août. Avec des minimas fixé à 44'10'' sur 10 000m, Campion doit encore progres-ser mais pour son entraîneur Phillipe Dols, son élève est dans les temps.
« Nous respectons le tableau de marche que nous nous sommes fixés.
Kévin va maintenant prendre le départ des 10km de Feyzin le 5 mars prochain pour voir un peu où il se situe sur cette distance avant de participer aux championnats Rhône-Alpes à Bourg-en-Bresse et de retrouver l'équipe de France en Avril pour un nouveau match, en République Tchèque cette fois-ci. »
Pour sa première sortie internationale ce week-end, le marcheur feyzinois sera accompagné d'Emmanuel Biron, sacré champion de France junior la semaine dernière sur 60m plat et sur la longueur, et qui participera à la longueur en Italie.

Hors stade : le Déci'Jogg dimanche
La septième édition du Déci'Jogg a lieu dimanche autour du Grand Large à Décines. L'épreuve se déroulera sur un parcours nature de 10 km. Départ (à 10 heures) et arrivée devant la base des Sauveteurs et aviron décinois, rue de la Fraternité, près du pont de Décines. Épreuve ouverte des cadets (nés en 1989-90) aux vétérans. Inscriptions : 9 E sur place.
 

Championnats de France indoor: à la portion congrue

Entre les absents, les blessés et autres internationaux, ils ne seront finalement que six Ligériens seulement à faire le voyage à Aubière. Les Indoors ne font pas vraiment recette.

Elle préparait sa reconversion : Olivia Abdherame (C.A.R.) n'a pu par la force des choses préparer correctement sa saison hivernale. Elle n'a repris l'entraînement que début janvier par un stage avec l'équipe de France ; à court de forme, elle a préféré faire l'impasse. L'ex-athlète du Coq Julie Coulaud, désormais licenciée dans le Midi ne sera pas elle non plus en Auvergne, tout comme Adeline Roche (C.A. Roannais). Toutes deux ont axé leur saison d'hiver sur le cross : elles se réservent pour le France de la spécialité début mars à Challans.
Autre forfait encore - mais il s'en serait sans doute bien passé - celui de Garfield Darien, victime de blessure. Quant à Isabelle Bosco, elle sera aussi aux abonnés absents, mais pour la bonne cause : elle est qualifiée en équipe de France ce week-end.
Reste six Ligériens qui, sauf forfait de dernière minute, devraient s'aligner à Aubière. C'est peu. Dans le dernier carré, heureusement qu'il y a Marine Richard : c'est la seule à ne pas être sous les couleurs blanc et rouge. La prof des Écoles de l'E.A. Saint-Chamond reste sur un bon résultat aux France Jeunes où elle avait accédé à la finale Espoirs du 800 mètres. En Auvergne, ses ambitions seront sans doute plus mesurées. Tout comme pour Marie-Christine Plasse, Christophe Enjolras et Yann Celli. Pour eux trois, cette qualif aux Élites est déjà en elle-même un bon résultat. Pour Yann Celli - c'est sa première qualification, conquise lors des France N2 d'épreuves combinées - l'objectif en heptathlon sera d'approcher la 10e place ; les deux meilleurs Français ne seront pas là, et même s'ils sont remplacés par deux Belges de niveau international, le coup est jouable pour le Stéphanois s'il parvient à terrasser ses deux bêtes noires : le 1000, qu'il a mis un peu entre parenthèses dans sa préparation, et surtout la hauteur à qui il trouve décidément un goût bien amer. Quant à ses deux compères, la finale est à portée pour peu qu'ils atteignent leur meilleur niveau, en hauteur pour Marie-Christine Plasse, au poids pour Christophe Enjolras.
Les enjeux sont tout autre pour Driss Maazouzi et Nouria Benida. Le come-back de la très discrète championne olympique semble plutôt réussi au vu de ses dernières sorties ; le temps qu'elle a réalisé en meeting en Allemagne (4.10.76) la place en tête du bilan du 1 500. Seule la nordiste Maria Martins créditée de 4.11.20 semble en mesure de venir l'inquiéter. L'Algérienne du Coq ne pourra prétendre qu'à la victoire, mais pas au titre, nationalité oblige, mais on peut penser qu'elle fera le voyage en Auvergne pour décrocher une qualification pour les Mondiaux de Moscou courant Mars.
Même objectif clairement affiché par Driss Maazouzi. Il a déjà réalisé les minimas pour Moscou, mais ils sont 4 dans ce cas sur le 1500, et il n'y aura que deux élus. Avec 3.40.05, Maazouzi est second au bilan derrière Yemounni annoncé à 3.38.88. « Je pense valoir ça, parce que les temps de qualification ont été réalisés début février, et le 24 ce sera autre chose. J'ai eu deux bonnes semaines de préparation et ça va très bien. Le chrono, c'est bien, mais le championnat de France, c'est différent, c'est autre chose, c'est un monde à part. » C'est clair, Driss Maazouzi veut le titre et il compte manifestement sur son métier pour faire régner sa loi. Car, comme il l'explique fort bien, « Quand on veut se battre contre le reste du monde, il faut commencer par être champion chez soi ». Le vieux lion n'a rien perdu de sa soif de vaincre.
PHILIPPE DÉCOT


Driss Maazouzi: «Cette salle me porte chance»

Le Stéphanois espère décrocher ce week-end sa sélection pour les Mondiaux en salle

>> Après deux apparitions mitigées sur 1500m en meeting à Karlsruhe (4e en 3'40''40) et Stuttgart (4e en 3'40''05), dans quel état de forme vous présentez-vous à Clermont-Ferrand ?
Je viens de passer une semaine à Montélimar avec mon ancien entraîneur (Christian Auvray) qui me suit à vélo. Je devais faire une dernière grosse séance dimanche. A cause du vent et de la pluie, j'ai dû la repousser à lundi. Jamais je n'avais fait ça aussi près de la compétition. Mais le principal, c'est que je me suis senti franchement bien. J'ai fait un 800m en 1'49'' puis un 300m en 52''50. J'aurais pu enchaîner avec un autre 300m, mais Christian m'a dit : « T'es bien, tu cours dans quatre jours, pas la peine de prendre des risques ».

>> En début d'année, on avait cru comprendre que vous orienterez plutôt votre saison indoor sur 3000m
Je voulais faire les minima pour les Mondiaux en salle sur les deux distances pour avoir le choix. Mais je me suis rendu compte que je n'aurai pas le temps de me préparer spécifiquement sur 3000m. Le problème, c'est que j'ai couru mon dernier cross le 15 janvier. Ça ne laisse que 36 jours pour préparer les «France» et dans ce laps de temps, il a fallu que mes muscles se remémorent l'effort de la piste. Pour quelqu'un comme moi qui a vécu beaucoup de galères, c'est plus facile de douter que d'avoir confiance. Au moins, sur 1500m, je suis en terrain connu.

>> Mehdi Baala, qui bénéficiait d'une dérogation de la part de la Fédération (*), a finalement renoncé à la saison hivernale. Cela modifie-t-il votre approche?
Je m'y attendais plus ou moins. Il n'y a que El-Guerrouj pour être capable de faire un championnat du monde avec une seule course dans les jambes. L'absence de Mehdi ne change pas ma philosophie. Il faut que je gagne ces championnats de France si je veux ensuite réussir aux Mondiaux. Si c'est y aller pour faire du tourisme, ça ne vaut pas la peine.

>> A quel type de course
vous attendez-vous ?
Ce sera difficile avec Yemmouni, Eraud et peut-être Tahri qui ont aussi fait les minima. Je suis prêt à tout. Rapide ou tactique, j'ai préparé toutes les éventualités.

>> Vous n'avez plus couru sous les 3'36'' depuis 2002. Vous en sentez-vous toujours capable ?
Ça fait une paye En fait, la dernière fois que j'ai ressenti des bonnes sensations sur 1500m remonte à mon titre de champion du monde en salle à Birmingham en 2003. Quand on a connu ça, on a vraiment envie de le revivre. Je me rappelle qu'en 2003, j'avais entamé ma saison en remportant les «France» en salle justement à Clermont. Cette salle me porte chance.

>> Serez-vous encore athlète l'an prochain ?
Pour l'instant, je suis concentré sur la saison indoor et mon passage sur 5000m cet été pour les Europe qui va encore me demander beaucoup de sacrifices. A mon âge (36 ans), je sais que la motivation peut me quitter à chaque seconde. J'ai toujours une grosse envie de courir, et j'ai la santé. Alors si une occasion se présente, il faut que je la joue à 300 %.

Recueilli par Benjamin Steen
> (*) Le DTN avait laissé à Baala jusqu'au meeting de Liévin le 3 mars avant de déterminer la sélection pour le 1500m qui sera finalement communiquée lundi en même temps que les autres disciplines.

Jeudi 23 février 

«France» jeunes en salle: Basson médaillé d'argent

Les perchistes ont brillé à Bordeaux en particulier Flavien Basson, deuxième junior à cinq mètres. Petite déception pour Jonathan Bruneton, quatrième au poids

Ce week-end à Bordeaux, les quatre perchistes de l'Ain qualifiés aux championnats de France des jeunes en salle ont profité de l'occasion pour améliorer leur record personnel. Les cadets Mickaël Babolat (US Oyonnax), 6e avec 4,20 m, et Marilyne Jeziorek (USO Ambérieu), 7e chez les filles avec 3,20 m, amélioraient leurs performances qualificatives de 10 centimètres. En juniors filles, Sophie Dangia (USO Ambérieu), 7e avec 3,50 m, se situait elle aussi à son meilleur niveau.
Flavien Basson, leader de la discipline, ne pouvait être en reste. Après un début de concours laborieux, il franchissait 4,75 m à son dernier essai, le junior châtillonnais retrouvait sa maîtrise en survolant 4,90 m puis 5 mètres. Seul le Clermontois Compagnoni avec un bond à 5,10 m devançait Basson. Ce dernier se consolait et égalait son record de l'Ain toutes catégories datant de septembre (en plein air) et surtout décrochait sa sélection en équipe de France pour le match Italie-Allemagne-France de dimanche prochain à Ancôme. Bien remis de son entorse à la cheville, Basson pourrait profiter de l'occasion pour aller encore plus haut

Un nouveau record de l'Ain
pour Bibancos
Second du concours de poids junior jusqu'au dernier essai, Jonathan Bruneton se faisait déborder par deux adversaires et se contentait de la 4e place du concours avec un jet à 15,56 m. Son record de l'Ain des championnats régionaux, 16 mètres, lui aurait permis de monter sur la plus haute marche du podium.
Le junior châtillonnais attendra la saison estivale pour prendre sa revanche et poursuivre sa progression.
Un autre junior s'est lui aussi distingué à Bordeaux, le Gessien Kévin Bibancos. Le sprinter de l'Ain Est-Athlétisme, 3e de la finale B du 200 mètres, a de nouveau amélioré le record de l'Ain de sa catégorie en salle. Son chrono de 22''38 lui permet d'ores et déjà d'envisager une perfomance de 22 secondes en plein air.
Les performances des autres athlètes de l'Ain: Marie-Ange Perradin (EAB Châtillon) 8''02 en série du 60 mètres cadettes; Victor Bechetoille (EAB Châtillon) 11e avec 14,10 m du poids juniors; Aurélie Lebreton (EA Bourg) 9e avec 16'09'' du 3 kilomètres marche espoirs.
S. R.

 

Semi-marathon de Bourg: c'est parti pour le vingt-sixième

Après l'annulation de 2005, le semi-marathon de Bourg est reparti du bon pied. Pour sa 26e édition, samedi 4 mars, les inscriptions affluent au siège de l'EA bressane

Après le remarquable succès d'affluence de 2004 où plus de 2 100 concurrents avaient franchi la ligne d'arrivée du 25e semi-marathon et du 6e 10 kilomètres, l'euphorie était retombée le 5 mars dernier. La neige s'était invitée au rendez-vous et en fin de matinée les organisateurs avaient annulé leur épreuve la mort dans l'âme. Bien leur en avait pris car, au moment du départ à 15 heures, après une accalmie à l'heure du déjeuner, les flocons tombaient de plus belle. Envoyer l'imposant peloton sur des routes ouvertes à la circulation, en particulier la départementale 979 en direction de Saint-Just, aurait été inconscient. Marc Picard, responsable de l'organisation, avait pris la bonne décision même si elle avait été difficile
Depuis une année pour le président de l'EA bressane, les soucis n'ont pas manqué, financiers entre autres. Mais la fidélité des partenaires de l'épreuve ne s'est pas démentie, pas plus que celle des inscrits à cette édition 2005, annulée.

500 inscrits à J - 12
Plus de la moitié d'entre eux, 820 au total, ont reporté leur inscription de l'an dernier pour le semi-marathon ou le 10 kilomètres de 2006. Actuellement, 300 d'entre eux ont confirmé leur préinscription en renvoyant leur licence sportive 2006 ou un certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive datant de moins d'un an.
Ajouté aux 200 nouvelles inscriptions des coureurs qui sont d'ores et déjà inscrits à l'avance, on arrive douze jours avant le 4 mars à 500 concurrents engagés pour la 26e édition du semi-marathon et la 7e 10 kilomètres.
Le succès populaire de l'épreuve phare du calendrier départemental est déjà assurée. Côté sportif, les deux courses étant qualificatives aux championnats de France 2006, on ne se fait guère de souci non plus, le palmarès de 2006 sera à la hauteur de celui des années passées.
S. R.


Semi-marathon pratique


Inscriptions: reçues à l'EA bressane, stade Roger-Deguin, 690 chemin de La Chagne 01000 Bourg, accompagnées de l'engagement: 9 E pour le 10 kilomètres et 13 E pour le semi-marathon. Sur place, lors de la remise des dossards, les inscriptions seront majorées de 5 E.
Permanence: elle sera assurée à partir du 22 février de 18 à 20 heures du lundi au vendredi, au siège du club, adresse ci-dessus. Téléphone 04 74 22 55 36, fax 04 74 22 78 65; e-mail: semi10km@eabressane.com
Horaires du 4 mars: au parc des Expositions, hall A. A partir de 10 h 30 remise des dossards et dernières inscriptions. 15 heures: départ du 10 kilomètres. 15 h 15: départ du semi-marathon. 15 h 30: arrivée du 10 kilomètres. 16 h 03: arrivée du semi. 18 h 15: fermeture de l'arrivée.
Remise des prix: dans le hall A.
Lot souvenir: un sac à dos personnalisé pour les 2 300 premiers inscrits. Rose pour toutes les féminines à l'arrivée. Journal des résultats pour tous les inscrits. Primes aux dix premiers masculins et féminines, aux sept premiers masculins et féminines du 10 kilomètres. Primes aux records.

Mercredi 22 février 

* REYNAERT, encore plus vite (Article issu du Dauphiné Libéré - Marcel FERRARI)

Mardi 21 février 

Euro cross du Luxembourg : Adeline Roche dixième et première Française

La Roannaise a réussi une belle performance.

Engagée dans l'Euro cross de Luxembourg, une épreuve internationale du circuit IAAF, Adeline Roche a réalisé une belle performance en prenant une excellente dixième place dans un peloton de haut niveau.
Après un départ prudent, elle a remonté quelques-unes de ses adversaires tout au long des 5350 mètres d'un vrai parcours de cross où les portions boueuses succédaient aux côtes à dénivelé important.
Elle est revenue ensuite en 8e position, mais elle se faisait malheureusement déborder dans la dernière ligne droite par deux athlètes portugaise et suisse. Elle termine cependant première de la délégation française qui avait fait le déplacement jusqu'au Grand-Duché du Luxembourg.
Classement de l'épreuve.- 1. Ritter Suzanne (Allemagne) 18'24, 2. Lesman (Pologne) 18'41, 3. Herzog Adrienne (Pays-Bas) 18'46 10. Roche Adeline (France) 19'17.

Championnats de France Jeunes : le beau dimanche

Bilan positif du voyage en Gironde, avec dans un second temps trois places de finalistes et deux en équipes de France Juniors.

On le savait d'avance, dimanche ne vaudrait pas samedi. Et pourtant... On s'attendait à une seconde journée un peu terne pour les athlètes ligériens après l'argent conquis la veille par Mathilde D'Auria (Coq) sur le 3 000 marche et Isabelle Bosco (C.A. Forézien) en hauteur, toutes deux en juniors.
Et c'est vrai que Rémi Emsens (C.L.C.S.) est resté assez loin de son meilleur niveau dans la hauteur cadets : il termine 15e avec 1,80, lui qui vaut 12 centimètres de mieux au meilleur de sa forme. Julie Paillet (F.A.C.) mériterait quant à elle la palme de la régularité ; qualifiée en 60.60 sur le 400 juniors, elle se place en 11e position en 60.60.
Les autres sont tous entrés en finale ; il y a d'abord Marion Grange (F.A.C.) 6e en hauteur cadettes avec un saut à 1,60, Angel Chelala lui aussi d'Andrézieux 3e en finale B sur 200 cadets, lui qui rata la finale A pour 1/1000e, ou encore Marine Richard (E.A.S.C.) qualifiée pour la finale du 800 juniors ; elle termine finalement 5e en 2.19.12.
À ce bilan qui fait ressortir 2 006 comme étant plutôt une bonne année, il faut ajouter les qualifications en équipe de France de Bosco et D'Auria. C'était prévisible, et c'est désormais confirmé : bravo, mesdemoiselles !

Chez les vétérans
Trois clubs de la Loire étaient représentés à Vittel ce week-end pour les championnats de France vétérans. Didier Louat (E.A.S.C.) accède à la 8e place du 800 en 2.08.33. Le lanceur d'Andrézieux André Rullière est 13e avec un jet à 10.69. Enfin, l'équipe de relais 4 x 200 du Coquelicot, composée de Serge Deplace, Gilles Pousse, Denis Favrot et Jacques Fellice a terminé seconde en finale 2 en 1.48.6.
Ph.D.

Jocelyne Villeton remporte le Grand Fond Bressan
La Stéphanoise de l'A.S.M.S.E. a terminé première féminine lors de l'épreuve organisée dans l'Ain.


 

Lundi 20 février

Championnats de France en salle des jeunes: Biron reste sur sa faim

Victorieux à la longueur et sur 60m samedi, le junior de l'Entente Sud Lyonnais s'est arrêté hier en demi-finale du 60m haies

Vingt-quatre heures après avoir réalisé le doublé 60m - longueur junior, Emmanuel Biron n'est pas parvenu à terminer le travail hier à Bordeaux sur 60m haies.
Facile vainqueur de sa série en 8''08, le finaliste des championnats du monde cadet de 110m haies l'an dernier à Marrakech s'est arrêté dès la course suivante en demi-finale.
Arrêté, c'est le mot, puisqu'il a dû interrompre son effort dès la première haie. « Je suis bien parti, mais j'ai voulu modifier ma fréquence sur les premiers appuis et je suis arrivé sur la haie sur ma mauvaise jambe, expliquait-il hier soir. Il me reste encore beaucoup de travail avant d'avoir une technique plus sûre sur cette discipline difficile à maîtriser. »
Pour le reste, Emmanuel Biron peut se montrer très satisfait de son week-end.
Il a d'abord logiquement remporté la longueur dont il détenait la meilleure performance française de la saison (7,52m au meeting du Luxembourg). Il lui a suffi de deux essais (un mordu puis 7,38m) pour dominer assez largement le concours.
Son titre sur 60m plat était en revanche beaucoup moins attendu. « Je ne m'étais jamais aligné sur cette distance en championnat, rappelle-t-il. Cette saison, j'ai progressé sur le départ et la poussée. Mais ce qui m'a étonné, c'est de bien gérer les vingt derniers mètres et même de finir mieux que les autres. » Tout juste sorti des cadets, il sera l'une des pièces majeures de l'équipe de France junior la semaine prochaine lors d'un match international en Italie.
Brunet-Manquat encore en bronze
Biron « défaillant », l'ESL pensait pouvoir compter sur Florian Labourel à la hauteur cadet. Mais, le recordman de France minime (2,10m) et nouveau champion de France cadet de l'heptathlon, déjà médaillé en bronze samedi à la longueur, n'a pu faire mieux que franchir 1,83m. « Vingt-sept centimètres en dessous de son record, c'est inexplicable, il a oublié de sauter », s'étonnait son entraîneur Daniel Aligne qui ramène tout de même quatre médailles à Pierre-Bénite avec celle de Katiba Korbaa à la hauteur junior.
Le Lou, habitué ces dernières années aux podiums jeunes avec Teresa Nzola, obtient également un accessit avec Séverin Bessenay, troisième du 200m cadet (en 22''56). A noter également, la nouvelle médaille de bronze de Fanny Brunet-Manquet (EACAR Rhodia) sur 60m haies junior quinze jours après sa troisième place aux France de pentathlon.
Du côte de l'Entente Grand Lyon, enfin, Mathieu Jacobzon a terminé hier sixième de la finale d'un 800m espoir relevé, tandis que Rodolphe King'Umba a échoué au pied du podium au triple saut espoir (4e avec 15,09m).

Benjamin Steen


Cross du Fort de Bron: les têtes ailleurs

L'avant-dernière manche de la coupe du Rhône des clubs a peu mobilisé les crossmen

La saison de cross touche à sa fin ou s'étire en longueur, c'est au choix. Car deux semaines après le cross de la Feyssine à Villeurbanne, disputé en petit comité par une température glaciale (-7°C), l'avant-dernière étape de la coupe du Rhône des clubs - Challenge Paul Messner, n'a pas ameuté davantage : seulement neuf athlètes - hommes et femmes réunis - au départ du cross court, et une vingtaine de seniors hommes dans le cross long
Si les conditions météo ne semblent pas en cause cette fois, même si ça soufflait fort, les circonstances n'étaient hier guère plus favorables aux organisateurs de l'ASU Bron une semaine après les Interrégions Centre-Est à Mably Autant dire que beaucoup sont passés à autre chose, tandis que les « rescapés » ont tout le temps d'ici les championnats de France de Challans (Vendée) le 12 mars.
« Les deux dernières manches de la coupe du Rhône, ici à Bron, et à La Mulatière le 11 mars, sont un peu tardives, note Jean Forest, secrétaire du comité départemental et « père » du challenge départemental des clubs. Et il ne faut pas oublier que nous sommes en période de vacances scolaires. Cela explique cette désaffection. »

Anter sur la fin
Dans ces circonstances, on notera malgré tout les faciles victoires d'Olivier Serre (A. Feyzin A.) chez les juniors et de Claire Lepain (A. Calade Val de Saône) chez les cadettes, tous deux considérant ce cross de Bron comme une « bonne séance ».
La décision fut en revanche plus longue à se dessiner dans le cross long hommes. Ils étaient toujours sept hommes en tête à l'issue de la première des quatre boucles.
Et encore quatre à une rotation de la fin : les deux Villeurbannais Picout et Douair, le Grenoblois Delorme et le jeune Savoyard Jamal Anter (UO Albertville), qui allait finalement l'emporter en accélérant sèchement dans le dernier kilomètre.
« Je commençais à être cuit, racontait-il, mais j'ai senti qu'ils craquaient derrière dans la petite montée face au vent. Je me suis dit que c'était l'occasion à saisir La semaine dernière aux Interrégions, j'étais malade.
J'avais à coeur de me rattraper. »
Benjamin Steen


Anter en 28'51''


> HOMMES
Seniors/vétérans: 1. Anter (UO Albertville Tarentaise) les 8,430km en 28'51''; 2. Picout (Asvel) 28'56''; 3. Douair (Asvel) 28'59''; 4. Delorme (EA Grenoble) 29'00''; 5. Charpentier (Asvel) 29'15''; 6. Michallon (EGL) 29'18''; 7. Caillet (A Feyzin A) 29'54''; 8. Akbache (EA Grenoble) 30'05''; 9. Abgrall (EA Grenoble) 30'17''; 10. Gaillard (Lyon OU) 30'54''.
Juniors: 1. Serre O. (A Feyzin A.) les 4,890 km en 16'16''; 2. Petitprez (EA Grenoble); 3. Poczekaljo (EA Grenoble); 4. Gharzouli (A Feyzin A.); 5. Lahrach (Lyon OU).
Cross court: 1. Toquet (EGL) les 2,980km en 10'08''; 2. Juve (AC Tassin); 3. Noirclerc (UO Albertville Tarentaise); 4. Dury T. (Chaponost A.); 5. Dury G. (Chaponost A.)
Cadets: 1. Grenouillat (Asvel) les 3,550km en 11'51''; 2. Juarez (Asvel); 3. Laurain (Camn Villeurbanne); 4. Auriau (EA Grenoble); 5. Lemain (Asvel).
Minimes: 1. Arnould (EA Grenoble); 2. Debize (Asvel); 3. Clerc; 4. Hanafi (Asvel); 5. Ribeyron (Asvel).
Benjamins: 1. Isoard (EGL); 2. Book (EGL); 3. Dessainjean (EOL); 4. Simonet (Asvel); 5. Dohen (EGL).
Poussins: 1. Tshibuabua (Asvel); 2. Avinenc (EGL); 3. Douair (Asvel).

> FEMMES
Seniors/vétérans: 1. Serda (UO Albertville) les 4,890 km en 17'42''; 2. Claus (EA Grenoble); 3. Vartore (ACVS).
Cross court: 1. Pierrin (EGL) les 2,980km en 11'42''.
Juniors: 1. Gras-Lavigne (EA Grenoble).
Cadettes: 1. Lepain (ACVS); 2. Aknouche (EGL); 3. Guirassy (Asvel).
Minimes: 1. Ouchaouchi (ACVS); 2. Ville (Asvel); 3. Amiri (Asvel).
Benjamines: 1. Guerin (Asvel); 2. Ondet (Asvel); 3. Guillet (ESL).
Poussines: 1. Zeffane (Lou); 2. Oz (Asvel) ; 3. Ravier (Camn Villeurbanne).


REACTIONS


« Une bonne séance »
> OLIVIER SERRE
(A Feyzin A. - 1er junior)
« Je connaissais bien le deuxième, Antoine Petitprez, et je savais à quoi m'en tenir. J'ai bien géré ma course en partant tranquillement avant de poser une accélération. Le plus important aujourd'hui, de toute façon, c'était de courir à un rythme élevé. C'était une bonne séance d'entraînement dans l'optique des Championnats de France (12 mars à Challans) pour lesquels on nourrit des ambitions avec le club de Feyzin. Nous sommes un bon groupe, assez homogène avec mon frère Julien, Pierre Magand et Abdel Gharzouli. On a les moyens de terminer premiers de l'Interrégion et pourquoi pas de faire une bonne place au niveau français. Au fil des ans, on a réussi à créer un bon groupe, auquel on peut ajouter aussi Kevin Campion (champion de France en salle du 5000m marche junior samedi). Ses résultats sont une grosse de motivation pour nous tous. »

« Une place dans les 15 aux France »
> CLAIRE LEPAIN
(ACVS - 1re cadette)
« Même si j'ai été vice-championne de France cadette du 1500m steeple l'an dernier, je me consacre exclusivement au cross l'hiver. Après ma cinquième place aux Interrégions de Mably, je voulais faire une séance d'endurance aujourd'hui. J'ai regretté de partir un peu trop vite, mais finalement, j'ai trouvé les ressources pour accélérer dans les 300 derniers mètres. Aux championnats de France, j'espère une place dans les 15 premières. »

« Le vent a rendu
le parcours difficile »
> MARC PICOUT
(Asvel - 2e senior)
« Le vent violent était perturbant et a rendu le parcours vraiment très difficile. La course a été tactique jusqu'au dernier kilomètre où le vainqueur (Anter), qui est jeune, a profité de sa pointe de vitesse pour partir face au vent. Je n'avais pas pu me rendre à Mably la semaine dernière, je voulais faire un dernier cross avec mon club, avant de me consacrer à la course sur route. Normalement, ma première, ce sera aux 10 kilomètres de Villeurbanne. »
Recueilli par B.S.


Les Foulées sanpriotes: Bouziane en toute tranquilité

Kais Bouziane et Patricia Marechet ont remporté la 11e édition de l'épreuve

Après la neige de l'an dernier, les organisateurs des foulées Sanpriotes ont apprécié à leurs justes valeurs, les conditions climatiques très clémentes dans lesquelles se sont déroulées les 11e foulées San-Priotes. Malgré la concurrence du cross de Bron programmé l'après midi, 725 coureurs se massaient hier matin au départ du 10 et du 21km.
Sur le 21km, Kais Bouziane n'a pas laissé planer le doute très longtemps sur l'issue de la course en prenant le commandement dès la première montée après 5 kilomètres. Seul Laurent Carpentier, futur lauréat du 10km, est parvenu à suivre la foulée de l'ex-athlète de Caluire. Sans jamais avoir à forcer son talent, Kais creusait petit à petit un écart confortable sur son dauphin, le sociétaire de l'EA Bourg Robin. Sous les yeux de Pasteur Nyabenda venu accompagner son fils pour la course des enfants, Bouziane bouclait son semi marathon en 1h09'07 avec plus de 2 minutes d'avance sur Robin « J'étais venu faire une séance longue car je pense participer à un marathon au printemps.
J'ai manqué un peu d'adversaires et j'ai pu gérer mon rythme en fonction du vent et du tracé très vallonné. J'ai bouclé les dix premiers kilomètres en 31'58 mais sur la deuxième partie de course j'ai baissé un peu de rythme, » expliquait Kais qui est actuellement en pourparler avec des clubs parisiens pour signer une licence.
Chez les féminines, la surprise est venue de Kamla Parache, inconnue du public lyonnais qui a devancé de près de 3 minutes la lauréate de l'an dernier Patricia Marechet.
« Je m'entraîne en Haute-Loire et c'est la première fois que je viens courir dans le Rhône. J'ai été un peu surprise par le parcours car je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi difficile. Avec le vent de face ce n'était pas évident mais j'ai bien géré ma course, » expliquait Kamla qui n'est autre que la soeur de la championne de France de semi marathon Hafida Gadi. Sur 10km, la victoire est revenue à Laurent Carpentier qui a su prendre la foulée de Kais Bouziane pour devancer Bonaventure Niyonzigiye qui était pourtant venu chercher le record de l'épreuve détenu par son compatriote Nyabenda. Chez les féminines, Pascale Rotsaert s'impose avec moins d'une minute d'avance sur Sandra Parce.
Résultats :
10km : Masculins : 1. Carpentier (AFA) 32'09 ; 2. Niyonzigiye (ASR) 32'25 ; 3. Laroussi (EAB) 32'26 ; 4. Charnay (01PDV) 33'04 ; 5. Abate (Spode) 33'11 ; 6. Chambron (CC) 33'34 ; 7. Sghaier (ASM) 34'11 ; 8. Rivollier 34'26 ; 9. Duclos 34'41 ; 10. Leblanc (EAB) 35'00
Féminines : 1. Rotsaert (End.72) 39'54 ; 2. Parce (EGL) 40'38 ; 3. Grosdidier 42'17
21 km Masculins : 1. Bouziane 1h09'07 ; 2. Robin (EAB) 1h11'11 ; 3. Sartori (CLCSF) 1h15'50 ; 4. Nguimfack (1h16'03 ; 5. Tekiki (EGL) 1h17'40 ; 6. Perrier (AUNL) 1h18'04 ; 7. Claverie (Ascul) 1h18'27 ; 8. Blachon (SP) 1h19'38 ; 9. Bacconnier (CRVL) 1h21'08 ; 10. Chassagne 1h21'19 ; 11. Leroux (RCM) 1h21'39 ; 12. Fayon (CLCSF) 1h21'44 ; 13. Rey 1h22'16 ; 14. Girerd 1h22'25 ; 15. El Yaakoubi (NAEF) 1h23'13
Féminines : 1. Parache (ASM) 1h26'50 ; 2. Marechet (1h29'18 ; 3. Bonnet (ESL) 1h34'30 ; 4. Rancoud 1h42'43 ; 5. Chausson 1h44'10

10/02 >
09/02 >
01/02 >
01/02 >
01/02 >
01/02 >
31/01 >
28/01 >
26/01 >
25/01 >
25/01 >
19/01 >
16/01 >
12/01 >
12/01 >
12/01 >
12/01 >
12/01 >
11/01 >
11/01 >
Athle.fr
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
Les Espaces